Lors d’une conférence de presse,  le Président du Groupe organisé des Hommes d’Affaires, Mohamed Chérif Abdallah, s’est appesantit sur les  prix des denrées alimentaires sur le marché à l’approche du mois de ramadan et l’assassinat de l’opérateur économique.

 

Selon lui, ‘’le gouvernement doit prendre toutes les dispositions pour nous protéger parce qu’à l’heure actuelle, aucun opérateur économique n’est rassuré.

 

Vu ce qui se passe sur le terrain, la main gauche ne peut pas avoir confiance à la main droite. Il faut absolument que la sécurité soit là pour nous protéger. Parce que, si nous ne sommes pas protéger, je ne vois pas qui peut venir investir parmi les opérateurs économiques. Les forces de sécurité et le gouvernement doivent se lever sérieusement pour que les opérateurs économiques soient protégés et sécurisés sur l’ensemble du territoire.

 

Pour en venir au mois de Ramadan, nous avons des difficultés, mais ce que nous n’avons pas gagné pendant les 11 mois, il ne faut pas qu’on les cherche au mois de carême. Ce n’est pas le mois de carême qui va nous donner de l’argent. Ce n’est pas le mois de carême qui va nous enrichir.

 

Je lance un appel solennel à l’ensemble des opérateurs économiques, à l’ensemble des commerçants surtout ceux qui évoluent dans les denrées alimentaires de ne pas augmenter les prix et de faire des efforts pour réduire les prix. Je demande à tous les opérateurs économiques du pays de faire des efforts pour ne pas augmenter les prix pour soulager la population Guinéenne et soulager tous les musulmans pour le mois saint de Ramadan.

L’ensemble des opérateurs économiques nationaux et étrangers personnes n’est rassuré. Donc la situation mérite d’être dite devant l’opinion nationale et internationale. Tous les opérateurs économiques et l’ensemble des citoyens doivent savoir ce qui se passe chez les opérateurs économiques.  Nous vivons une situation extrêmement difficile, dans nos lieux de travail, dans nos bureaux, nous ne sommes pas en sécurité.

 

Dans nos magasins et boutiques nous ne sommes pas en sécurité. Si nous sommes dans nos voitures en train de rouler à travers la ville ou à travers les rues de l’intérieur du pays nous ne sommes pas du tout rassurer.

 

Presqu’à l’heure actuelle les opérateurs économiques sont très inquiets et la situation-là ne peut pas continuer, on ne peut pas accepter que cette situation continue comme ça’’, indique le président du GOHA.

Louis Diallo pour focusguinee

 

 

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY