Focus Guinée
Bienvenue sur le site focusguinee.info Bonjour ! Nous sommes le => 11/12/2017 et il est => 07 h 44mn sur notre serveur =>Suivez l'Actualités des dernières minutes en Guinée, en Afrique et dans le Monde sur votre site www.focusguinee.info... =>



Grands Lacs : Des recommandations à Brazzaville pour la stabilité de la Région le 21/10/2017 à 09h20

Grands Lacs : Des recommandations à Brazzaville pour la stabilité de la Région

Les Chefs d’État et de Gouvernement participant à la 8ème Réunion de haut niveau du Mécanisme régional de suivi, à Brazzaville, ce jeudi 19 octobre 2017, ont réaffirmé leur volonté de travailler davantage en faveur de la paix, la sécurité et la coopération dans la Région.

La stabilité de la région

A huis-clos, ces Chefs d’État et de Gouvernement des pays signataires de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région ont examiné l’évolution de la situation politique et des conditions de sécurité dans la région depuis leur dernière réunion, tenue à Luanda (Angola) le 26 octobre 2016, et ont convenu de ce qui suit : Neutralisation des forces négatives et rapatriement des combattants désarmés.

Et le communiqué final, sanctionnant ces assises de Brazzaville, fait obligation aux Garants de l’Accord-cadre de poursuivre leurs engagements avec les parties prenantes afin de créer les conditions propices à la reprise des consultations conjointes entre la République démocratique du Congo et la direction de l’ex-M23 concernant la mise en œuvre des Déclarations de Nairobi et le rapatriement des éléments de l’ex-M23 qui se trouvent encore en Ouganda et au Rwanda.

Dans le même communiqué on peut lire que le Gouvernement de la RDC, agissant avec l’appui des pays de la région et de la MONUSCO, devrait poursuivre la neutralisation des forces négatives, conformément aux engagements pris au titre de l’Accord-cadre et du Protocole de non-agression et de défense mutuelle de la CIRGL. Par ailleurs, il devrait être renforcé la Brigade d’intervention de la MONUSCO en vue de l’adapter aux nouveaux défis liés à la lutte contre les forces négatives opérant dans l’Est de la RDC, afin de maintenir la pression militaire et d’intensifier les opérations contre ces groupes armés, en particulier les ADF, les FDLR, Kamuina Nsapu et d’autres groupes armés et terroristes qui continuent de déstabiliser la RDC.

Le panel des chefs d’Etat et de gouvernement, à partir de la capitale congolaise,  a adressé un message fort et sans ambigüité à tous les combattants désarmés étrangers en RDC, y compris les FDLR et le Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan (M/APLS) dans l’opposition, qu’il n’y a d’autre solution que le retour dans leur pays d’origine. Dans cette dynamique, ils ont recommandé l’achèvement du rapatriement sans conditions des combattants désarmés des FDLR qui se trouvent dans les camps de transit de Kanyabayonga, Kisangani et Walungu en RDC, ainsi que des ex-combattants de l’ex-M23 qui sont encore présents en Ouganda et au Rwanda, dès que possible et au plus tard le 20 octobre 2018.

Dans le souci d’un retour à la normale, ces chefs d’Etat et de gouvernement de a région des grands lacs, ont exigé que la situation des femmes et des enfants dans les camps de transit des FDLR situés dans l’Est de la RDC soit traitée de toute urgence, notamment en encourageant le HCR, l’UNICEF et d’autres acteurs humanitaires à chercher des moyens d’accélérer leur rapatriement au Rwanda. Dans ce communiqué de fin des travaux, on peut aussi noter que  ces dirigeants africains ont demandé à ce que les auteurs présumés de crimes contre l’humanité fassent l’objet d’enquêtes et soient traduits en justice conformément aux dispositions de l’Accord-cadre, du Protocole de la CIRGL relatif à la coopération judiciaire et du droit international.

La gestion méthodique climat politique en RDC

En prenant les commandes de ces deux institutions de préservation de la paix, la sécurité et la coopération dans la région des grands lacs, le congolais Denis Sassou-N’Guesso inscrit son action sous le signe du dialogue et concertation permanente.

Sur cette base, malgré les retards pris dans la mise en œuvre de l’accord politique du 31 décembre 2016, Cette réunion de haut niveau de Brazzaville a soutenu que cet accord reste un cadre viable pour mettre fin à la crise politique en République démocratique du Congo. Aussi ont-ils souligné la nécessité de poursuivre la mise en œuvre des mesures de confiance pour instaurer les conditions propices au bon déroulement du processus électoral.

Ils n’ont pas manqué de saluer les progrès notables accomplis dans la mise à jour de la liste électorale (42 millions d’électeurs inscrits à ce jour sur les 45 millions prévus) et souligné la nécessité de publier rapidement un calendrier électoral consensuel et le budget correspondant, tel que prévu dans l’accord du 31 décembre 2016 et ont encouragé le Gouvernement de la RDC à veiller à ce que les lois électorales requises soient adoptées.

Selon le même communiqué, ces chefs d’Etat et de gouvernement, ainsi que les chefs de délégation se sont félicités de la décision de la SADC de nommer un Envoyé spécial chargé d’appuyer le processus électoral en RDC et des conclusions de la réunion de haut niveau sur la RDC qui s’est tenue en marge de l’Assemblée générale le 19 septembre 2017 à New York, lesquelles prévoient une approche concertée entre l’ONU, l’Union africaine, l’Union européenne, l’Organisation internationale de la Francophonie et la SADC, y compris par la création d’une équipe d’experts coordonnée chargée d’aider la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à préparer les élections.

D’autres questions vitales

La 8ème Réunion de haut niveau du mécanisme régional de suivi de l’accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région s’est préoccupée, également des questions en rapport avec l’observation des droits humains et des personnes vulnérables.

C’est ainsi que ces dirigeants africains, à Brazzaville, ont condamné les actes de violence commis contre les agents de l’État, les forces de l’ordre et les civils ainsi que les violations des droits de l’homme dans les Kasaïs; ont pris note des efforts déployés par le Gouvernement pour enquêter sur les violations des droits de l’homme ayant été signalées et poursuivre les auteurs présumés, avec le concours de l’équipe d’experts internationaux des Nations Unies sur les Kasaïs.

D’autres sujets préoccupants dans certains Etats membres ont retenus leur attention, c’est le cas du Burundi, du Soudan Sud, de République Centrafricaine, l’élection présidentielle au Kenya, prévue pour le 26 octobre prochain et bien d’autres. Ces hommes d’Etat sur ces questions précises se sont montrés très préoccupés et ont formulé de le vœu d’accorder la priorité au dialogue et au règlement pacifique de tout différend.

A propos de l’élection présidentielle au Kenya, qui crée un climat de tension, ils ont exprimé leur solidarité avec le peuple kenyan et appelé toutes les parties concernées à tout faire pour la tenue d’élections libres, crédibles et pacifiques.

En conséquence, cette assemblée de haut niveau a demandé au Président Denis Sassou-N’Guesso, Président de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et Président du Mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre, de se rendre rapidement à Nairobi pour soutenir les efforts visant à créer les conditions favorables à la tenue de l’élection présidentielle. Mise en œuvre des engagements pris au titre de l’Accord-cadre

La neuvième Réunion de haut niveau du Mécanisme régional de suivi se tiendra en 2018, à Kampala, à la demande des autorités ougandaises.

 

 

 

 


[Retour]

Partager l'article