Focus Guinée
Bienvenue sur le site focusguinee.info Bonjour ! Nous sommes le => 22/07/2018 et il est => 02 h 47mn sur notre serveur =>Suivez l'Actualités des dernières minutes en Guinée, en Afrique et dans le Monde sur votre site www.focusguinee.info... =>



Cedeao : pourquoi Mohammed VI n’ira pas au sommet d’Abuja le 16/12/2017 à 10h38

Tout n’est pas prêt pour l’adhésion du Maroc à l’organisation régionale. Il y a bien quelques retards d’ordre technique, mais aussi des réserves politiques. Décryptage.
Contrairement à ce qui était attendu, l’adhésion du Maroc à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ne sera pas entérinée lors du 52ème sommet de ce regroupement régional qui aura lieu ce samedi 16 décembre à Abuja. En juin dernier, à Monrovia, les chefs d’État de la Cedeao ont donné leur accord de principe à l’adhésion du royaume. S’ils ont assuré ce dernier de leur plein soutien, ils ne pouvaient pas forcer leurs appareils politiques et diplomatiques hostiles au Maroc sur la question du Sahara occidental.
Poids des alliés de la RASD

Les plus grandes réserves ont été exprimées par le Nigeria, allié solide de la RASD sur le continent. Même si les relations entre le roi du Maroc et le président, Muhammadu Buhari, sont qualifiées « d’amicales » – le roi du Maroc avait à plusieurs reprises appelé le président nigérian pour s’enquérir de son état de santé et ce dernier l’avait assuré de son soutien à l’adhésion du Maroc à la CEDEAO – il ne pouvait pas se mettre à dos une machine politico-diplomatique nigériane historiquement acquise aux indépendantistes sahraouis.

>>> A LIRE – Maroc et Cedeao : oui à un partenariat stratégique privilégié

L’ex-général de confession musulmane était un des premiers chefs d’État africains à avoir reconnu la RASD en novembre 1984, un an après sa première accession au pouvoir suite à un coup d’État militaire. C’est dire combien le soutien au Polisario est fortement ancré dans la politique nigériane.

« Contrainte technique »

Mais depuis son récent rapprochement avec le Maroc – à la faveur d’un méga-contrat de construction d’un gazoduc ouest-africain et d’un investissement croisé dans les phosphates- il s’est montré plus ouvert au dialogue sans pour autant renier ses positions pro-polisario.

Il y a quelques semaines, en tant que pays hôte du sommet de la Cedeao, il a fait savoir au président togolais Faure Gnassingbé, président en exercice de cette organisation, que l’adhésion du Maroc ne pouvait pas aboutir lors du sommet de décembre. Raison officielle :  les pays membres n’avaient pas reçu à temps l’étude d’impact de l’entrée du Maroc. Par conséquent, la décision d’accepter ce dernier parmi eux sera légèrement repoussée – visiblement à début 2018 – le temps que tout le monde examine cette copie.

Le 9 décembre, Faure Gnassingbé envoie un courrier au roi Mohammed VI lui expliquant cette « contrainte technique ». Le lendemain, le 10 décembre, il reçoit le ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita, en mission secrète à Lomé pour lui exprimer de vive voix le fait que ces contraintes ne remettent pas en cause les bons sentiments des chefs d’État africains à l’égard du monarque marocain.

Naviguer en terrain hostile

Le message a été visiblement acceuilli avec compréhension par le Maroc. Certes, le roi n’ira pas à Abuja, mais le royaume sera représenté par son appareil diplomatique, déjà à pied d’œuvre sur les modalités techniques de son adhésion à ce marché commun.

Réputés offensifs, les Marocains ont appris à faire preuve de souplesse lorsqu’ils sentent que leurs amis Africains pourraient être gênés vis-à-vis de leurs opinions publiques. En témoigne, la participation du roi Mohammed VI, fin novembre, au sommet UA-UE d’Abidjan en dépit de la présence annoncée de la RASD qui a réussi à se faire inviter grâce à une bataille d’influence menée par Alger au sein de l’UA.

Rabat avait alors fait savoir qu’elle ne voulait pas se laisser entraîner dans « des batailles subalternes » qui allaient mettre ses amis africains dans une position délicate. Le Maroc ne pratiquera pas la politique de chaise vide, mais garde toujours en vue son objectif majeur : en finir avec cette « aberration historique » appelé la RASD.
 Jeune Afrique


[Retour]

Partager l'article