Focus Guinée
Bienvenue sur le site focusguinee.info Bonjour ! Nous sommes le => 22/06/2018 et il est => 22 h 27mn sur notre serveur =>Suivez l'Actualités des dernières minutes en Guinée, en Afrique et dans le Monde sur votre site www.focusguinee.info... =>



RDC : célébration du mariage d`un ministre de Kabila avec trois femmes, le même jour ! le 31/03/2018 à 08h26
beninwebtv. - Publié le: 30-03-2018 - Mise-à-jour le: 30-03-2018 - Auteur: beninwebtv.
1
Si actuellement en RDC, le désordre est reconnu comme l'art de gouverner du président Joseph Kabila, ses ministres n'en font pas mieux. Pendant que le chef met en place sa stratégie de déstabilisation intérieure pour se maintenir au pouvoir au mépris des textes fondamentaux du pays et dans l'insouciance des 33 000 réfugiés qui ont fui les violences au Kasaï, les ministres s'offrent les mariages les plus inouïs.
 
Vendredi 23 mars 2018 est la date choisie par le vice-ministre du Plan pour « s'offrir » trois femmes. Face aux vagues de protestations de l'opposition et aux marches organisées par le comité laïc de l'église catholique, Jean-Pierre Zekpele-Mondombe a choisi son union avec trois femmes à l'église primitive, le même jour, pour décrisper la tension sociale. Une église dans laquelle le pasteur aurait une dizaine de femmes.
Sur les résaeux sociaux, les commentaires vont bon train.
Pour certains, rien d'anormale. C'est le cas de Dom qui dit dans un tweet  ; « La polygamie fait partie de la culture africaine et elle est largement acceptée. Aucune femme n'est forcé à entrer dans un mariage polygame. Mon grand père en avait 10. La polygamie c'est de l'infidélité officielle.
Les occidentaux préfère l'infidélité officieuse (adultère). » Kolié dira pour sa part, « La polygamie est au Canada un crime extraterritorial. Nous parlons de polygamie de droit: épouser plus d'une femme. La démarche africaine tranche avec l'hypocrisie mondiale. Car la polygamie de fait: tromper sa partenaire, est un mode de vie partout. F. Hollande ne peut démentir. » Mais pour Gida, la question est : « Comment peut-on prétendre exercer convenablement la fonction ministérielle avec un tel comportement!? Un politicien médiocre!!! »
Pour Champion, « C'est pas de femmes qu'il épouse, c'est 3 mendiantes qu'il s'offre! Des Femmes sans valeur mentale ! » Chacun y vas selon ses appréhensions pour l'avenir d'un pays aux mains de politiciens polygames et de la compréhension du mariage et de la femme.
En RDC, indubitablement, le climat se tend. Et pour cause, l'isolement croissant du régime a pour contrepartie son raidissement, loin de la « décrispation » prescrite dans l'accord de la Saint-Sylvestre. Les victimes des répressions des marches pacifiques des fidèles catholiques, les menaces et les intimidations sur les prélats et les ONG (dont Paul-Marie Nsapu de la FIDH) ou encore les milliers de personnes tuées et plus de 1,3 million contraints à l'exode dans le Kasaï oriental depuis le début de l'insurrection menée par les Kamwina Nsapu.
 
Source: beninwebtv.
Commentaires
Consultez notre charte des commentaires
Rédigé par: Hendouda Diagabate   le: Vendredi 30 Mars 2018
Dans le modèle de la polygamie, plusieurs femmes sont mariées à un même homme auquel elles sont toutes fidèles. Le rêve de tous les hommes (pas seulement en Afrique) à priori. J'en veut pour preuve les "frasques sexuelles" d'un "Bill Clinton" ou d'un "Dominique Strauss-Kahn" ou de Trump avec la pornstar Stormy Daniels. La polygamie présente en fait un intérêt considérable pour les femmes (pas seulement en Afrique, mais pour les femmes du monde entier) : car en effet si un homme "alpha" peut avoir 10 femmes par exemple, alors cela équivaut à ce qu'il y ait 10 fois plus d'hommes "alphas" (disponibles) que dans le modèle de la monogamie ! Et alors que dans le modèle monogame actuel, des hommes comme "Denzel Washington" ou "Barack Obama" sont des icônes inaccessibles, ils deviennent disponibles à un (plus) grand nombre de femmes dans un modèle de polygamie, et, espérer être en couple avec eux (Barack Obama ou Denzel Washington) relève désormais du domaine du possible ! Certes, cela induit de le partager avec d'autres femmes. Mais si cela paraît inconcevable depuis notre perspective monogame (moderne et occidentale), dans toutes les cultures où la polygamie était la norme ou faisait partie de la tradition, les individus pouvaient très bien vivre cet état de fait. Et comme on peut le souligner ici, très souvent pour une femme, avoir le dixième d'un "Barack Obama" ou d'un "Denzel Washington" reste beaucoup plus intéressant que d'avoir un "gros lourd" tout entier (qui en plus pourra vous baiser n'importe comment, vous battre sauvagement et vous tromper tout le temps, durant votre "mariage monogame" avec lui) !
Rédigé par: Nafissatou Gueye   le: Vendredi 30 Mars 2018
LE CONTEXTE HISTORIQUE DE LA POLYGAMIE dans la Bible et le Coran: Plusieurs hommes importants de l'Ancien Testament dans la Bible et dans le Coran étaient polygames. A cause des types de sociétés très patriarcales aux temps bibliques et au temps du Coran, il était quasiment impossible pour une femme non mariée de subvenir toute seule à ses propres besoins. Le plus souvent, les femmes n'avaient reçu aucune éducation pour exercer un métier. Les femmes à cette époque-là comptaient sur leurs pères, leurs frères, et leurs maris pour subvenir à leurs besoins et les protéger. Les femmes non mariées étaient fréquemment exposées à la prostitution ou à l'esclavage. La différence significative entre le grand nombre de femmes et le faible nombre d'hommes aurait donc laissé un très grand nombre de femmes dans une situation plus qu'indésirable. Il semblerait donc que "la religion" ait autorisé la polygamie pour protéger et pourvoir aux besoins des femmes qui n'auraient de toute façon pas pu trouver de maris. Bien que ce ne fût pas l'idéal que de vivre dans une maison en situation de polygamie, cela était toutefois un moindre mal par rapport à d'autres alternatives comme la prostitution ou être la maitresse de plusieurs hommes mariés, l'esclavage ou la disette.
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 30 Mars 2018
Poly=plusieurs+gamie=mariage. Marié plusieurs fois. Le mot «polygamie» ne veut dire que cela. Concevons que dans notre société où un mariage sur deux se termine par un divorce, et qu'il est souvent suivi d'un remariage, une grande partie de nos concitoyens sont déjà polygames. Ah oui, ferez-vous remarquer, mais ils ne sont pas mariés avec plusieurs personnes «en même temps»! Absolument. Mais que fait-on des deuxièmes et troisièmes "bureaux" des hommes soi-disant monogames ou des amants des femmes mariées ? A partir du moment où toutes les personnes d'un mariage polygame sont consentantes, trop d'amour nuirait-il ? Consentement (entre tous les concernés) devrait être le mot clef. La polygamie opprime la femme, entend-on dire partout. Dans la monogamie, tout irait-il donc très bien? Il faut savoir qu'en France tout comme en Côte d'Ivoire, la majorité des femmes mariées (sauvagement) battues par le conjoint dans leur foyer le sont dans un cadre monogame. En France, trois femmes meurent tous les 2 jours et demi (estimation basse) du fait de violences conjugales, et ce dans le cadre de la monogamie.Ce qui pose problème donc, ce n'est pas la modalité matrimoniale en elle-même, mais l'inégalité entre les hommes et les femmes, l'oppression de la femme mariée qui est souvent battue et violée par son conjoint (dans l'indifférence de sa propre famille). Ce qui pose problème c'est quand la femme est considérée comme une propriété, comme un bien, comme une chose, scandale que la monogamie tolère bien et que la polygamie rend peut-être encore plus manifeste, plus criant, plus insupportable. Ce qui est à combattre, c'est le mariage forcé et la violence conjugale, sous quelque forme. Mais on confond tout, et on jette le bébé avec l'eau du bain. Or donc, pourquoi ne pas revendiquer une polygamie égalitaire (et consentie, (mais pas subie par la première épouse), plutôt que de vouloir à tout prix « faire la peau » à la polygamie dans notre Afrique en quête de modernité ?
Rédigé par: Maimouna Sylla   le: Vendredi 30 Mars 2018
Surement qu'il vaut mieux être "seconde épouse" que pas mariée du tout. Les femmes seules (veuves, célibataires sans ou avec enfants ou divorcées...) attirent la convoitise de beaucoup d'hommes qui ne veulent pas les respecter, mais juste "jouer" avec elles. Le statut de femme mariée (en quelque sorte) (même en tant que seconde, troisième ou quatrième épouse) les protègent contre certaines dérives de la société...Finalement aussi, certaines femmes maltraitées, humiliées et battues dans le mauvais mariage "monogame" dans lequel le mari découche et a de nombreuses maitresses au dehors, se retrouvent mieux dans un mariage polygame dans lequel toutes les femmes sont connues et respectées...(Il n' y a pas non plus "d'enfants du dehors" non reconnus par rapport aux autres enfants "légitimes". Dans la polygamie, tous les enfants sont reconnus...
Rédigé par: Nalini Doukoure   le: Vendredi 30 Mars 2018
Polyandrie ??? Aimer plusieurs hommes à la fois... Avoir 2 ou 5 amants, pourquoi pas ! Certaines femmes ivoiriennes aussi "consomment" les hommes...comme cela se fait sous d'autres cieux... De plus en plus de femmes fonctionnent comme de nombreux hommes. Une femme a souvent besoin d'avoir un mari ou un "régulier" (qui la baise regulièrement), et en plus de ça, deux ou quatres amants, plus tous les occasionnels: (whistle): les rencontres d'un soir ou d'un jour (le serveur de bar, le maître nageur ou le coach de yoga, le poivrot du comptoir où elle va acheter ses cigarettes, un voisin de l'immeuble, le collègue avec lequel elle est parti en mission ou en séminaire à Grand-Bassam, le plombier/le chauffeur, le psychanalyste, un pompier, le "voyant" ou marabout qu'elle a consulté, le traiteur, les hommes qu'elle rencontre sur internet qu'elle fait parfois payer -on tombe dans la prostitution occasionnelle- , un pote à son mari, le vétérinaire, l'éleveur de pintades ou de lapins, le bijoutier, son avocat, l'agent d'assurance, le boss, son beau-père qui est ministre ou richissime, le médecin-gynéco, le libraire, le représentant, bref tout ce qui se présente et qu'elle considère comme consommable et cela peut inclure quelquefois les domestiques...). Elle est plus ou moins jeune ou elle est une femme mure encore belle et, elle "dévore" la vie par les deux bouts. L'homme n'est plus qu'un "objet: :(whistle): qu'on prend, qu'on jette après usage comme un mouchoir en papier usagé, il devient ainsi un "produit de consommation". vous pouvez aussi choisir de vous restreindre pour sauvegarder votre couple ou attendre de rencontrer "l'homme" de votre vie.
Rédigé par: Okay   le: Vendredi 30 Mars 2018
@Camerou Niais...Houphouet avait Brou Therese et aussi la togolaise.... mais c'est pour le president Gbagbo qui vous choque.....
Rédigé par: Maddock Koyaka   le: Vendredi 30 Mars 2018
Lorsqu'on parle de la "polygamie" et de "2eme bureau", les femmes qui sont mariées se voient toujours indexées. Elles se disent qu'on veut perturber leur foyer. Si l'on observe les cadres, je ne dis pas tous les cadres, mais ceux qui ont officiellement une épouse à la maison, beaucoup ont officieusement plusieurs femmes dehors. il vaut mieux que cela soit formalisé (s'ils sont musulmans vu que l'Islam autorise la polygamie). C'est mieux que de laisser l'épouse croire qu'elle est seule et forme un beau couple avec son époux, alors que ce dernier s'adonne à des pratiques anti-religieuses. Aujourd'hui, beaucoup de femmes acceptent la polygamie et beaucoup d'autres femmes aussi acceptent de devenir 2eme, 3eme ou 4eme épouse (surtout si le mari en question est riche). C'est moins mauvais d'accepter une coépouse que de prétendre être dans une monogamie, alors que ce n'est pas forcément le cas. Il y en a qui disent: advienne que pourra, moi je préfère mourir que d'avoir une coépouse. Il y a ainsi ces inconditionnelles de la monogamie superficielle. C'est pourquoi il faut ouvrir un vrai débat, en y impliquant les femmes elles-mêmes. L'Imam Cissé Djiguiba a raison. Parce que monogamie, bigamie ou polygamie, c'est d'abord les femmes qui sont concernées! Certaines d'en­tre elles diront: oui j'accepte, mais à quelles conditions ? Si on ouvre un débat, cela pourra sensibiliser les hommes à l'officialisation de leurs liaisons plus ou moins "cachées", et aider aussi nos (vieilles) filles et (vieilles) femmes à avoir des maris pour enfin sortir des situations (de vulnérabilité au plan sexuel et affectif) qui ne leur plaisent pas. L'être humain est tel que nous n'avons pas la conviction que tout le monde peut avoir cette éducation "angélique ' de façon à vivre dans la solitude absolue (sans sexe hors mariage pour celles qui ne sont pas ou plus mariées). Nous nous sommes bien comprises.
Rédigé par: Djeneba Dembele   le: Vendredi 30 Mars 2018
Polygamie ou deuxième bureau ? : Selon L'Imam Cissé Djiguiba de Cote d'Ivoire, il nous faut un débat national sur cette question, n'en déplaise à la Ministre de la promotion de la femme et du genre. De plus en plus de jeunes fem­mes atteignent aujourd'hui un âge avancé sans être mariées. Une situation qui n'est pas sans susciter des tensions . C'est une question sociale qu'il faut aborder dans toutes ses dimensions, et il faut envisager franchement la question de la polygamie. Pourquoi le mariage était-il plus facile hier, qu'il ne l'est aujourd'hui ? Avant, un père pouvait demander la main d'une fillette qu'il trouvait bien pour son jeune fils. Et quand les fiancés étaient en âge de se marier, l'union était scellée et cela fonctionnait bien. Aux enfants à bas âge, on attachait une petite corde au pied comme signe de réservation. Ce sont des choses qui ne se faisaient pas au hasard. Les parents, à l'époque, avaient des critères de choix. On voyait déjà un signe d'espérance sur une personne et on se disait qu'elle pouvait être le mari de notre fille ou la femme de notre fils. Ce sont les qualités morales qui permettaient de faire ces choix. Mais aujourd'hui qu'est-ce qu'on cons­tate ? Tous les parents veulent que leurs enfants achèvent d'abord les études scolaires avant de penser au mariage. Je n'accuse pas l'école. C'est une approche qui peut être juste. Car rien ne dit que si elle est mariée, la jeune fille pourra poursuivre ses études. C'est pourquoi je pense qu'il faut ouvrir un forum sur la question. Oui, il faut un débat national sur ce sujet. Nous avons des questions qui restent incontournables: c'est une musulmane mais les hommes musulmans ne la demandent pas en mariage. Elle a fini ses études et elle a les moyens, mais les hommes ont peur de l'approcher... Je crois qu'il faut ouvrir un débat franc et sérieux pour libérer nos so-eurs afin que les jeunes gens aient le courage de les épouser. Je ne le dis pas pour inciter à la polygamie...
Rédigé par: Camerou niais   le: Vendredi 30 Mars 2018
Mobutu a violé le premier la loi congolaise au sujet de la polygamie et des bonnes moeurs en prenant comme femmes deux soeurs jumelles. Il ne faut donc pas s'étonner de ce qui se passe avec les ministres....Sous Gbagbo aussi puisque ce dernier était polygame, plusieurs de ses proches ont fait pareille. Rien de nouveau sous le soleil d'Afrique !
Rédigé par: Yekadio Michel   le: Vendredi 30 Mars 2018
Que dit la loi congolaise au sujet de la polygamie ?
Rédigé par: Affidoskas   le: Vendredi 30 Mars 2018
Rien de nouveau. Si les femmes sont d'accord, il n'y a pas de souci. Allez, consommez donc le triple-mariage!
Rédigé par: kokobliko   le: Vendredi 30 Mars 2018
l'Afrique, un véritable continent de merde dirigée par des emmerdeurs de politiciens jouisseurs!
Rédigé par: la beauté d'1 homme, sa poche   le:Vendredi 30 Mars 2018
Les soeurs jumelles Bobi et Kosia ont été les dernières compagnes de Mobutu Sese Seko. Elles vivent toujours à Rabat, au Maroc. Vraies jumelles et complices, jadis rivales, les deux soeurs, avaient en partage l'homme de leur vie. Bobi Ladawa, ex-maîtresse est devenue épouse légitime en 1980, la veille de l'arrivée au Zaïre (RDC) du pape Jean-Paul II. Sa soeur jumelle Kosia Ladawa elle sera la concubine. Ainsi les apparences sont sauves et Mobutu dira au pape qu'il est légalement et religieusement marié avec une seule femme. En réalité, Mobutu menait une active vie de polygame. Il fut un véritable homme à femmes. Car dans la pénombre de la vitrine officielle, se cachait une multitude de concubines réelles ou supposées; une cohorte d'amantes passagères ou perpétuelles; des compagnes d'un jour ou d'une seule nuit; des relations extraconjugales avec des femmes célibataires ou mariées. Le Guide était entouré d'un véritable harem de prétendantes qui s'adonnaient entre elles à des coups bas. Selon l'ancien gouverneur Daniel Monguya, Mobutu en déplacement dans les provinces, aimait passer ses nuits en compagnie de très belles filles sorties à peine de l'adolescence. Les pauvres commissaires de région étaient obligés de les mettre à sa disposition. Celles qui étaient âgées de plus de vingt ans étaient qualifiées de «vieille garde» par Mobutu lui-même et ne pouvaient en aucun cas jouir de ses charmes, en l'absence de la first lady restée au Mont Ngaliema. Dominique Sakombi Inongo, affirme même que Mobutu baisait aussi les épouses de ses collaborateurs, ce que certains ex-ministers de Mobutu ont confirmé dans un documentaire de TV5. Avec Mobutu (tout comme avec Gbagbo en CI), la polygamie fut officieusement officialisée et pratiquée par beaucoup d'hommes politiques, leur patron leur servant de modèle. Sous Mobutu, sexe et débauche rimaient avec puissance et argent. Ainsi le phénomène des «deuxièmes bureaux» fut banalisé et galvanisé par l'exemple présidentiel.
Rédigé par: condition masculine   le: Vendredi 30 Mars 2018
Aujourd'hui, c'est l'argent qui est roi et qui fait la beauté d'un homme. Si des féministes me lisent, elles risquent de ne pas aimer. Pourquoi ? Parce qu'on va parler d'animaux, de sélection naturelle, de comportements instinctifs...Une étude récente vient confirmer ce qu'on sait déjà depuis longtemps: les femmes ont toutes une check-list de qualités viriles. Possède-t-on les qualités qu'elles cherchent chez un homme ? Si oui, elles sont prêtes à aller plus loin dans le processus de sélection. Si non. Dommage.Et le critère le plus « polémique », c'est l'argent. Les femmes sont-elles intéressées ? Oui, mais c'est normal. Qu'on soit clair: aucun jugement de valeur de ma part. J'ai très longtemps été fauché, je n'avais pas d'argent pour inviter au maquis les filles quand j'étais au lycée, et j'estimais que ceux qui utilisaient leur argent pour séduire étaient des losers, des types incapables de briller avec leurs cerveaux. Je n'ai pas totalement changé d'avis, j'ai grandi un peu. Oui, le plus important est le statut économique. Allez faire avouer ça aux femmes d'aujourd'hui : impossible. Du point de vue de l'évolution animale, ça tient la route. Qu'elles recherchent un coup d'un soir ou une aventure sérieuse, la femme (en général) va rechercher des qualités «LONG TERME» chez son partenaire. Parce que si elle tombe enceinte (un risque qui existe toujours), ce serait bien que le type prenne soin de la mère et de l'enfant. Elle choisira un homme qui pourra la protéger pendant ses périodes de faiblesse physique. La femme d'autrefois aurait choisi un homme musclé et solide pour sa survie, le chef de la tribu. La femme moderne sait que les muscles ne servent plus tant que ça. Elle sait qu'avoir un homme possédant un bon carnet d'adresses et un portefeuille bien garni lui permettra de passer ses vieux jours à l'abri du besoin. Les femmes sont donc vénales, et c'est normal. C'est établi, passons maintenant aux conséquences pour vous messieurs.
Rédigé par: Tchoin Quoa   le: Vendredi 30 Mars 2018
Oui, les riches et célèbres d'aujourd'hui peuvent aussi tout se permettre avec les femmes, dans le Cameroun du roi Biya 1er. Nul besoin d'être Louis XV pour cela. L'exemple de Nathalie Koah est là pour illustrer cela. Nathalie Koah, l'ex copine camerounaise d'Eto'o a été révélée aux yeux du public lors d'un scandale qui l'opposait à Samuel Eto'o. Nathalie Koah y apparaissait comme un personnage féminin de l'époque de Louis XV. La séparation houleuse entre les deux ex-amants avait viré au vinaigre, avec entre autres des dépôts de plaintes, des menaces et une médiatisation sans précédent pour une (banale) histoire de fesses au Cameroun. Entre temps, Eto'o avait tranquillement épousé sa copine de longue date, l'ivoirienne Georgette Tra Lou. Dépitée, l'ex amante d'Eto'o, la Koah Nathalie avait sorti un "livre-révélation" sur comment Eto'o aurait abusé de son innocence et de sa naïveté, en la traitant comme une vulgaire putain...(Dans son livre interdit de publication en France par le Tribunal, Nathalie Koah décrit comment Eto'o la baisait et la sodomisait, en lui faisant aussi pratiquer l'échangisme et la zoophilie, car pendant certaines partouzes, Nathalie Koah était offerte par Eto'o aux amis, aux gardes du corps et mêmes aux chiens de gardes...), moyennant argent, voyages, cadeaux de luxe, billets d'avions et séjours dans les luxueuses suites des grands hôtels européens... S'il y a un message à tirer de ce «livre-confession» de Nathalie Koah pour les jeunes filles africaines d'aujourd'hui, c'est qu'il ne faut pas être prête à vendre son corps et son âme pour de l'argent "facile" en renonçant aux études ou à l'apprentissage d'un vrai métier. L'autre leçon est qu'en faisant la putain auprès des riches et célèbres comme Nathalie Koah, il est très difficile ensuite de se faire épouser (même par ces riches avec qui on a fait la pute)...En effet, personne ne veut épouser une «putain amortie»! La putain, c'est pour s'amuser avec et c'est tout !
Rédigé par: zouglou-man   le: Vendredi 30 Mars 2018
De nos jours, plus besoin d'être un Louis XV pour aligner dans son lit des soeurs, des cousines, des copines ou à la fois la mère et ses filles ou bien la tante et ses nièces.Pour cela, il suffit tout bonnement d'avoir de l'argent, beaucoup d'argent et alors, tout nous est permis. Ce n'est pas pour rien qu'un ex grand chancelier de Côte d'Ivoire (réputé pour n'être pas beau du tout, et qui en plus aimait beaucoup les femmes qu'il alignait lui aussi dans son lit tout comme Louis XV) disait toujours, que sa beauté à lui résidait dans les largesses que son portefeuille prodiguait aux femmes. ... C'est d'ailleurs ce que reprend la fameuse chanson de Zouglou du jeune chansonnier de la cité Paillé d'Abidjan, qui se fait appeler «Bob Denard»: sa chanson déclare que si tu as une belle maison imposante, une voiture de luxe rutilante et du cash plein les poches, aucune femme d'Abidjan ou d'ailleurs ne dira que tu es vilain, quel que soit ta laideur ou ton infirmité physique ou mentale. En plus de cela, même si tu te comportes mal et la maltraite tout le temps, elle dira que «ça ne fait rien, et elle supportera toutes les humiliations.Tu pourras aussi la b--ser comme tu veux et quand tu veux, elle te sera soumise.». Par contre, si tu as les poches vides ou trouées, alors la (même) femme te fera voir de toutes les couleurs, te trouvera bizarre tout le temps. Quelque soit ce que tu feras ou tu diras, ce sera retenu contre toi en tant que motif de reproche et aussi comme justification de son manque (soudainement devenu chronique) de libido.! Bref, ainsi va la Côte d'Ivoire. «L'Ivoirienne Nouvelle», ce n'est pas pour demain !
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Vendredi 30 Mars 2018
De Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ont brisé la carrière. Pourquoi, à l'inverse, les frasques des dirigeants africains ne les conduisent-elles (presque) jamais devant les tribunaux est la question qu'on pourrait se poser ? Vu d'Afrique, où ce type de feuilleton est suivi avec amusement-de l'affaire Monica Lewinsky au scooter de Hollande, le spectacle du "pays des Blancs" est sans cesse renouvelé -, nul n'imagine encore qu'il puisse être transplanté en Afrique. Sexe, mensonge, pouvoir: au fond, la trilogie infernale a toujours fait partie du paysage politique africain, sans drame ni exposition médiatique. Certes, l'époque des grands "prédateurs" de femmes, pour qui l'activité sexuelle était un attribut essentiel de l'exercice du pouvoir (dictatorial), est révolue. Plus personne sur le continent ne se comporte comme un Kadhafi, un Mobutu, un Bongo, un Eyadéma, un Kenyatta, un Sassou ou Bongo(père) pour qui un vrai chef ne pouvait qu'exercer une activité sexuelle multiple et dominatrice. Baiser et sodomiser les épouses de ses ministres tel un Louis XV, tenues de délivrer sur l'oreiller les secrets de leurs époux; repérer ses proies (des collégiennes souvent mineures ou les femmes d'autrui) d'un oeil de lynx lors des meetings ou des cérémonies officielles, puis glisser un mot à l'oreille de l'un de ses "porte-sacs" pour faire venir "l'élue"; élaborer des filières d'importation de Marocaines, de Guinéennes ou Togolaises jusqu'au fond de l'alcôve présidentielle; multiplier les "rabatteurs" et les "nominations canapé"; s'offrir même, ainsi que le fit le défunt dictateur libyen, les femmes de ses pairs chefs d'État comme on collectionne les trophées; tout cela fait partie du passé. "Le pouvoir (en Afrique) est un appareil de jouissance", écrit le politologue Achille Mbembé. Il en va des femmes comme de l'argent : ne pas en avoir assez est vu comme un signe de faiblesse.
 
Les plus lus
Nous Concilier avec la Réconciliation
24332
La création inconsidérée et récurrente, des charges grevant le train de vie de l'Etat, est la marque distinctive de Macky Sall.
24011
JO 2016: Une demande en mariage un peu gênante d'un médaillé chinois à Rio
19469
Il est grand temps de briser le tabou de ce qui coule du vagin après le sexe
18291
Messieurs, voici comment reconnaître une grande manipulatrice en 5 étapes
17664
Bénin : Patrice Talon, grand saigneur de la République
16047
Pourquoi je vote Non ?
15974
Etats-Unis : ouverture d'un bar interdit aux "moches"
15637
Sauvons les petits talibés des faux dévots avant qu'il ne soit trop tard
15196
Sécurité publique intérieure, est-ce enfin, le réveil du président Macky Sall ?
15064

[Retour]

Partager l'article