Focus Guinée
Bienvenue sur le site focusguinee.info Bonjour ! Nous sommes le => 23/06/2018 et il est => 06 h 06mn sur notre serveur =>Suivez l'Actualités des dernières minutes en Guinée, en Afrique et dans le Monde sur votre site www.focusguinee.info... =>



''Je n’ai jamais autorisé le financement de campagnes...'', Vincent Bolloré le 27/04/2018 à 13h40

Accusé d’avoir favorisé l’élection des présidents togolais et guinéen, l’industriel breton a notamment assuré, pendant sa garde à vue, « n’avoir jamais autorisé le financement de campagnes ».

C’est un « afroptimiste » qui s’est présenté selon ses propres termes, mardi 24 avril, aux policiers qui venaient de le placer en garde à vue. Un capitaine d’industrie assurant avec aplomb qu’« [il] connaît toute l’Afrique pour l’avoir étudiée dans les livres et avoir commencé à y investir dans les années 1980 » et qui tient à s’expliquer sur les accusations qui pèsent sur lui et les activités de son groupe au Togo et en Guinée.

Durant les longues heures d’interrogatoire, Vincent Bolloré a assumé sans ciller les prestations de services fournies par l’agence Euro RSCG, filiale du groupe Havas – contrôlé par Bolloré – à Faure Gnassingbé, le président togolais qu’il connaît « depuis moins d’une dizaine d’années », et à son vieil ami de trente ans, le président guinéen Alpha Condé. Mais il s’est refusé à parler de financement de campagne politique. « C’est très différent de financer un candidat politique ou son parti », a-t-il dit, tout en précisant combien ces deux candidats étaient importants en termes de « stabilité nécessaire pour les investissements déjà réalisés ».

M. Bolloré s’est refusé à convenir que les concessions portuaires obtenues par son groupe à Lomé et Conakry étaient les contreparties de services rendus. « Il n’y a pas de relation », a-t-il déclaré, citant le rapport d’enquête interne qu’il a diligenté en 2016 après les perquisitions au siège de son groupe et qui souligne, selon lui, « la difficulté de ces métiers et accessoirement l’irréalisme de liens tels que [ceux] reprochés ».
« Dans l’intérêt social »
Une ligne de défense parfois amphigourique qui paraît avoir laissé les enquêteurs perplexes. Stratégie de campagne, fourniture d’affiches, édition de livre à la gloire du candidat choisi, media training, offensives numériques… Le tout « sous-facturé » à des fins politiques et commerciales sur le long terme. Vincent Bolloré ne se permet-il...

lemonde.fr


[Retour]

Partager l'article