Focus Guinée
Bienvenue sur le site focusguinee.info Bonjour ! Nous sommes le => 15/08/2018 et il est => 10 h 53mn sur notre serveur =>Suivez l'Actualités des dernières minutes en Guinée, en Afrique et dans le Monde sur votre site www.focusguinee.info... =>



Guinée : ‘’Le gouverneur peut-il annuler une marche autorisée ? Oui la loi lui permet..’’, selon le président de l’INIDH, Dr Alya Diaby le 28/07/2018 à 11h02

Dans une interview qu’on nous a accordée, cette semaine,  le président de l'Institution Nationale Indépendante des Droits Humains (INIDH) cette semaine, Dr Alya Diaby s'est prononcé sur des questions de droits de  l'Homme en Guinée, de l’augmentation du prix de carburant,  la gestion des manifestations de rue par les citoyens, l’interdiction des manifs, etc.   

Lisez !

 

Depuis l'augmentation du prix du carburant il y a eu plusieurs manifestation dont certaines interdites. Qu'est-ce que cela vous inspire ?

 

Les manifestations sont les preuves que notre démocratie est en voie des consolidations. Ça nous inspire quand bien même la problématique de la conciliation des autorités et de la liberté. Les citoyens ont besoin d'exprimer leur liberté, l'autorité a besoin de maintenir et d'imposer son autorité. C'est pour cela il y a eu plusieurs manifestations, la plupart pacifiques.

Depuis l'augmentation du prix du carburant à la pompe, il y a eu des manifestations. Mais jusqu'au 23 juillet il n'y a pas eu de violations graves de droit de l'Homme. C'est pour ça nous avions envoyé des missions sur le terrain pour nous informer et documenter, mai à partir du 23 juillet nous avons remarqué que les violences ont commencé de s'accroître et nous avons été obligés de rappeler à chacun ses obligations constitutionnelles et légales.

 

Quelle lecture faites-vous de la gestion des manifestations de rue en République de Guinée ?

 

Les manifestations de rue, dans les conditions normales, il y a une loi. La loi de 2016 sur le maintien d'ordre normalement qui est applicable, on distingue les manifestations de première intensité, de deuxième et de troisième intensité en fiction de la gravité et de l'intervention soit de la police soit de la gendarmerie... Nous constatons que pour le moment il y a un laisser-aller. Il y a plein de personnes qui ne participent pas à la manifestation pacifique, qui intervient pour aggraver la situation.

Ce sont les loubards ou les gens malintentionnés dont l'intervention fait qu'il y a toujours des heurts entre les manifestants et les forces de l'ordre. Donc nous devons faire en sorte que nos manifestations soient policées et qu'elles ne constituent pas des occasions de violation grave des droits de l'Homme.

 

A votre avis, est-il normal que le gouverneur de la ville de Conakry interdise une manifestation déjà autorisée par les mairies ?

 

Comme principe, cela est une question de droit d'administratif. En droit administratif, on dit qui peut plus, peut moins. Le gouverneur est la tutelle des communes. A mon avis, le problème n'est pas de savoir si le gouverneur le peut. La loi lui permet surtout quand il y a une menace grave à l'ordre public. Dans ce cas, si l'autorité administrative interdit une manifestation et qu'elle se tienne, cela devient une sorte d'attroupement et on sort du cadre légal.

 

Lors de la récente marche des forces sociales, des personnes ont été arrêtées et un de vos collègues brutalisé. Comment avez-vous perçu tout cela ?

 

Le commissaire KABINET CAMARA, à été agressé à la tannerie, il était allé avec un ordre de mission pour observer ce qui se déroulait. Il y avait des activistes de la société civile qui venaient de Cosa pour la Tannerie. Il a été agressé et même bastionné. Il a perdu certains de ses effets. Nous sommes obligés de rappeler les obligations aux gendarmes de respecter au moins les commissaires de l'INIDH qui sont des arbitres. Ils ne participent pas aux manifestations, ils sont comme un arbitre. Au-delà de rappeler à chacun ses obligations, on ne peut pas gérer cette affaire sans dialogue.

 

Propos recueillis  par Louis Diallo pour focusguinee

 


[Retour]

Partager l'article