« Nous mettrons l’accent sur la formation des jeunes dans des domaines pourvoyeurs d’emploi… », Mouctar Diallo

MINISTERE DE LA JEUNESSE ET L’EMPLOI JEUNE : Passation de service entre les ministres Mouctar Diallo  et Moustapha Naïté

Discours Du nouveau ministre de la jeunesse et l’emploi jeune, M. MOUCTAR DIALLO

« Je puis vous rassurer que je mesure dans toute sa dimension la responsabilité qui m’a été confiée et je m’appliquerais grâce à votre collaboration à assouvir les attentes que je sais urgentes et multiples.

Et c’est pour cela, je m’efforcerais à être constamment à l’écoute de tous, mais surtout de tous les jeunes de notre pays, sans aucune préoccupation que celle de servir la patrie. Je voudrais être votre allié, celui contre l’épaule de qui vous poserez vos problèmes et qui n’aura de répit que lorsque vous aurez trouvé satisfaction.

En Guinée et vous le savez, la jeunesse est confrontée à des problèmes multiples qui méritent des solutions urgentes.

Ces problèmes qui ne datent pas d’aujourd’hui s’articulent notamment autour du sous emploi, du chômage, de la précarité, de la délinquance juvénile, de l’immigration illégale, de la sous formation, etc.

Vous comprendrez donc que prendre en charge la question de la jeunesse est une immense responsabilité mais cette tâche est tellement exaltante.

La jeunesse guinéenne est dynamique, elle a la volonté de s’impliquer efficacement dans la construction de l’édifice national. Ma volonté et mon combat s’articuleront dans un dialogue permanent, permettant à cette jeunesse d’exprimer son talent, sa compétence et son désir de vivre en harmonie avec ses aspirations. Elle est ce que la Guinée a de plus précieux.

Lui permettre de s’épanouir, c’est donner à la Guinée l’opportunité d’accéder très vite aux cercles des économies innova

Dès maintenant, nous comptons engager des actions fortes et prometteuses sous l’impulsion du chef de l’Etat et de l’ensemble du gouvernement au profit de notre vaillante jeunesse.

Nous mettrons l’accent sur la formation des jeunes dans des domaines pourvoyeurs d’emploi comme l’agriculture, l’élevage, les nouvelles technologies.

L’amélioration de l’employabilité des jeunes à travers une formation qualifiante, la promotion de la formation technique et professionnelle, le renforcement des capacités de la jeunesse  pour la facilitation de son accès à l’information en vue de lui permettre  de jouer le rôle qui lui est dévolu  en tant qu’agent dynamique de la gouvernance et de la prise de décision, la promotion de l’auto emploi en soutenant les projets innovants, la simplification des démarches administratives dans le financement des projets », le ministre Mouctar Diallo lors de la passation de services, ce mercredi 30 Mai

Louis Diallo pour focusguinee

Guinée : Présentation de chanvre indien et du matériel de fabrication des pièces d’identités

Selon le Directeur central adjoint de l’OCAD (Office Central Anti-Drogue), Mr Ibrahima Kalil Camara, c’est au total 2 mille 400 grammes de cocaïne qui a été saisis à l’aéroport internationale de Conakry GBESSIA.

La drogue en question était dans contenue dans les bagages d’un ressortissant Bissau guinéen en provenance de Sao Paulo au Brésil, via Dubaï. Il s’agit d’un certain « ALFRED QUIONCA », Etudiant en 2è année médecine au Brésil. Il a été arrêté le 22 mai 2018.

Le Directeur central adjoint de l’OCAD a précisé qu’il a fallu toute la vigilance des services de l’aéroport de Conakry pour détecter la cocaïne.

Les services installés à l’aéroport ont travaillé en parfaite coordination pour mettre le jeune homme aux arrêts. La drogue était dissimulée dans huit tubes de 4 machines à plastification de documents.  La cocaïne a dû être mise là depuis l’usine car c’était hermétiquement fermé.

Les trafiquants sont toujours ingénieux, le porteur de la drogue devait laisser les colis dans l’aéroport pour que quelqu’un d’autre vienne les récupérer.

L’OCAD a également présenté 515 kilogrammes de chanvre indien, saisis au quartier Boussoura, dans la commune de Matam.

‘’On a été informé de l’arrivée de cette importante quantité de chanvre indien en provenance de la Sierra Leone. Les sacs étaient entreposés derrière un cabaret à Boussoura. C’est un taxi qui devrait venir les retirer. Mais, on a beau attendu sur les lieux, finalement on a saisi les 515 kilogrammes de chanvre indien. C’était le 15 mai dernier’’, selon le directeur central adjoint de l’OCAD.

Selon toujours le Directeur central adjoint de l’OCAD (Office Central Anti-Drogue) IBRAHIMA KALIL CAMARA, le Bissau guinéen « ALFRED QUIONCA » devait être présenté aujourd’hui même au procureur du tribunal de première instance de Mafanco.

« J’espère que la récréation prendra fin à partir de maintenant », le nouveau ministre de la securite », Alpha Ibrahima Keira

MINISTERE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION CIVILE : Cérémonie de passation de pouvoirs entre M. ABDOUL KABELÉ CAMARA et ALPHA IBRAHIMA KEIRA

Discours M. ALPHA IBRAHIMA KEIRA

Soyez rassuré, monsieur le ministre Kabèlé Camara, comme vous l’avez déjà dit, je serai à la hauteur et je vous promets que vous ne serez pas déçu, cher grand frère.

C’est le lieu de dire plus haut  ici qu’ailleurs que j’assumerai avec compétence, dévouement, honneur et dignité la mission qui est désormais la mienne.

Je voudrais dire la nôtre dans ce secteur hautement stratégique de la Sécurité et de la Protection Civile

Poursuivant son intervention, le ministre entrant s’est également engagé à lutter contre l’insécurité et l’anarchie dans la circulation routière.

Je m’engage ici devant vous mes chers collègues en vous y promettant de redorer l’image des forces de police et de la protection civile tout en améliorant de façon  efficiente nos conditions de travail  pour une plus grande efficacité dans nos actions contre les troubles à l’ordre public, la délinquance, la criminalité, le grand banditisme et l’anarchie dans la circulation routière que nos populations souhaitent voir disparaitre

C’est  le même engagement que j’afficherai dans la lutte contre les tares qui gangrènent les effectifs de la police et de la protection civile

L recréation est terminée. Il serait superflu de ne pas rappeler que le processus de réformes courageusement entreprises par mon prédécesseur sous le leadership du président de la République, Alpha Condé,  sera poursuivi sans désemparer.

Soyez rassurés de mon engagement et de ma loyauté à servir la République dans un esprit d’équipe.

Jespère que la récréation prendra fin à partir de maintenant », le nouveau ministre de la securite.

louis Diallo pour focusguinee

 

Affaire d’assassinat Elhadj Doura en Guinée: où sont détenus ses ravisseurs et meurtriers ?

  C’est une affaire macabre qui a défrayé la chronique ces derniers mois. De décembre, mois de l’enlèvement du sénior, Elhadj Doura, à mai, celui de la découverte des restes de son cadavre et de son enterrement dans son village natal, dans la préfecture de Dalaba.
Heureusement, les présumés ravisseurs sont tous mis aux arrêts. Le cerveau présumé de cette affaire macabre était en cavale en Guinée Bissau. Elhadj Mohamed Diallo est aussi tombé dans les filets des enquêteurs. Selon des informations exclusives de nouvelledeguinee.com, la bande à Elhadj Mohamed Diallo n »est pas détenue à la Sûreté de Conakry.
D’après une source judiciaire et proche du dossier, les meurtriers de l’homme d’affaires, feu Elhadj Doura, croupiraient, à l’heure d’écrire ces lignes, dans la prison civile de Coyah, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale guinéenne.
Fin décembre dernier, Elhadj Mohamed Diallo et ses complices enlèvent un riche opérateur économique du nom de Elhadj Doura, à Hamdallaye. Le pauvre sera conduit, tour à tour, à Sonfonia, Dubréka, puis Forécariah où il rendra l’âme dans les mains de ses ravisseurs.

Trois chefs d’inculpation retenus contre Bolloré:  »corruption d’agent étranger, complicité d’abus de confiance, faux et usage de faux », Pierre-André Wiltzer

Trois chefs d’inculpation ont été retenus contre Vincent Bolloré qui a été mis en examen : « corruption d’agent étranger », « complicité d’abus de confiance » et « faux et usage de faux ». Cette mise en examen s’inscrit dans le cadre de l’enquête sur les conditions d’obtention de plusieurs concessions portuaires en Afrique. Notamment celle de Conakry, en 2011. Trois mois seulement après l’arrivée au pouvoir du président guinéen Alpha Condé, le groupe français Necotrans a été brutalement évincé du port de Conakry au profit du groupe Bolloré. Pierre-André Wiltzer, ancien ministre français de la Coopération et ex-conseiller de la présidence du groupe Necotrans répond aux questions de Clémentine Pawlotsky.

RFI : en mars 2011, le président Alpha Condé, élu trois mois plus tôt à la tête de la Guinée, résilie la concession du terminal à conteneurs du port de Conakry qui avait pourtant été confié à Getma International, filiale de Necotrans. Comment cela s’est-il passé ?

Pierre-André Wiltzer : C’est l’histoire d’un hold-up ou on peut dire en tout cas d’un acte tout à fait arbitraire. Quand le président Alpha Condé a été élu – c’était en décembre 2010 – des rumeurs ont commencé à courir. On a appris par le directeur de la concession de Necotrans sur place qu’une équipe de chez Bolloré était venue se promener dans le port. Il y avait quelques signaux un peu inquiétants. Je suis allé rencontrer le président Alpha Condé. Il se trouve que nous avons fait nos études ensemble il y a de nombreuses années à la faculté de droit. Je lui ai demandé s’il avait des reproches particuliers à faire à la gestion de Necotrans. Il était assez gêné. Il n’avait pas envie d’en parler. Il m’a dit qu’il fallait voir cela avec ses collaborateurs. On ne nous a rien dit sur d’éventuels manquements qui auraient pu se produire. Mais très rapidement, on a appris un jour par une déclaration à la télévision que la concession était annulée, et qu’elle était confiée à Bolloré. Là-dessus, comme la presse en a rendu compte d’ailleurs, il y a eu une irruption de l’armée qui a expulsé le personnel de Necotrans. Et les équipes du groupe Bolloré, qui étaient installées à l’hôtel pendant tout ce temps-là, se sont installées aux commandes et ont pris en main à la fois l’ensemble du matériel, y compris l’informatique, etc.

Comment les autorités guinéennes justifient-elles l’éviction de Necotrans ?

On n’a jamais pu obtenir la moindre explication et je crois que la raison est toute simple : c’est qu’il n’y en avait pas. C’est tout à fait transparent qu’Alpha Condé s’était manifestement engagé vis-à-vis de Monsieur Bolloré qu’il connaissait depuis longtemps, et qu’il lui avait promis de lui donner cette concession. Bolloré n’avait pas pu [l’] obtenir lors de l’appel à concurrence internationale qui avait eu lieu deux ans avant. C’est Necotrans qui avait emporté le morceau. Et cela, je crois qu’il ne l’avait pas digéré. C’est un arrangement qui s’est fait indépendamment de toute règle commerciale et juridique. C’est vraiment le fait du prince absolu et sans explication.

En interne au sein de Necotrans, comment est vécue cette mise à l’écart ?

Extrêmement mal. Richard Talbot, qui était aux commandes à ce moment-là, et l’ensemble de la maison ont pris ça comme une grande injustice, ont cru d’ailleurs qu’il y avait peut-être manière de trouver une explication et peut-être un dédommagement. Cela n’a jamais été possible, ce qui a entraîné le déclenchement de toute une série de procédures, [dont] l’une contre le gouvernement guinéen devant la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA). Cet arbitrage a duré très longtemps. Il a conclu d’ailleurs en faveur de Necotrans. Mais pour des raisons de pure forme, l’affaire n’a jamais été jusqu’à son terme.

Il y a également eu en 2016 une décision de justice rendue par le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), qui a jugé justement l’éviction de Necotrans irrégulière.

Il est tout à fait clair que cette éviction s’est faite sans aucun motif, donc de manière tout à fait irrégulière.

Le Cirdi a néanmoins rejeté les accusations de corruption ?

Le Cirdi n’est pas un tribunal pénal. Donc quand on n’a pas des enquêteurs qui peuvent aller procéder à des investigations, vous pouvez difficilement accuser quelqu’un sans preuve.

Vous, à l’époque, quel est votre sentiment par rapport à cette question de possibles faits de corruption ?

Ce que je sais, c’est que Vincent Bolloré et Alpha Condé se connaissaient depuis longtemps. Alpha Condé avait été aidé pendant des années et des années, à l’époque où il était d’ailleurs un opposant en Guinée. Il vivait à Paris dans des conditions difficiles. Il essayait de faire fonctionner son parti en Guinée, c’était compliqué. Et pour cela, il avait toujours trouvé une aide auprès de Vincent Bolloré. Et des liens s’étaient établis entre eux, au fil du temps. Donc moi, j’ai interprété tout ceci comme un échange de services. Il avait aidé Alpha Condé, Alpha Condé arrivant au pouvoir, souverainement, a décidé de lui accorder une récompense sous la forme de cette concession.

Après cinq ans de bataille judiciaire contre le groupe Bolloré et contre l’Etat guinéen, Necotrans se retrouve en redressement judiciaire. Selon vous, c’est le résultat de son éviction du port de Conakry ?

Tout cela a été effectivement un gros handicap pour la survie du groupe. Le groupe Bolloré supportait très mal l’existence d’un concurrent. Par conséquent, les relations ont toujours été quand même assez difficiles entre les deux groupes. On sentait bien que Bolloré voulait faire disparaitre le groupe, l’absorber ou le faire capoter. Et finalement, ils ont pu racheter ce qui les intéressait à très bon compte et ils ont fait une très bonne opération. Maintenant dire que c’est très moral, c’est autre chose

In  RFI

Jasmine, 20 ans, vient de vendre sa virginité pour plus d’un million d’euros : « C’est devenu une mode ! »

 Jasmine vient de vendre sa virginité pour plus d’un million d’euros. La jeune femme de 20 ans raconte son expérience, elle qui voulait plus jeune garder sa virginité jusqu’au mariage.

Jasmine comptait préserver sa virginité pour l’homme de sa vie, et attendre jusqu’au mariage pour sa première relation sexuelle. La jeune femme s’est finalement ravisée, et a préféré vendre sa virginité, pour la modique somme d’1,2 million d’euros. A 20 ans, Jasmine est une jeune femme originaire de Paris, provenant d’une famille religieuse. Il était donc naturel pour elle d’attendre avant de faire sa première fois… mais l’appel de l’argent était trop tentant.

« Ma virginité était importante pour moi, mais ma famille et moi-même croulons sous les dépenses. Dont une maison et une voiture. Tout cela est très cher. » Grâce à l’argent gagné, Jasmine va pouvoir mettre sa famille à l’abri et assurer les besoins de ses proches. Elle a aussi décidé de voyager aux quatre coins du monde, de monter sa propre entreprise. « C’est pour cela que j’ai mis en vente ma virginité » explique la jeune femme au Mirror, visiblement très réfléchie. Jasmine a été transparente envers ses proches, elle ne leur a rien caché. Sa famille et ses amis ont d’ailleurs compris son choix, vue la somme d’argent proposée.

« Je suis contente car j’ai été chanceuse de tomber sur celui qui a acheté ma virginité. Il est intelligent, il a réussi et j’aime les hommes plus vieux. (…) J’étais un peu nerveuse pour être honnête, mais finalement je l’apprécie vraiment. C’était un gentleman et il a pris soin de moi Je ne rentrerai pas dans les détails mais je peux dire que tout se passe bien, et que nous allons nous revoir autour d’un rencard. (…) C’est trop tôt pour parler d’amour. Nous nous apprécions, on verra bien ce qui se passe par la suite. » espère la jeune femme. Originaire de News-York, l’homme en question travaille à la banque de Wall Street. Il était notamment en concurrence avec un DJ de Los Angeles, qui était lui prêt à mettre 900.000 euros pour une nuit avec Jasmine, ainsi qu’avec un magnat de l’immobilier provenant de Munich, prêt à payer 600.000 euros.
Une tendance devenue banalisée

Jasmine pense que vendre sa virginité est devenu une tendance internationale. Cependant, la jeune femme ajoute que même si certaines filles voient cela comme une grosse rentrée d’argent, elle rappelle qu’il ne faut pas se précipiter. « Ça a été un long processus, de mon inscription à Cinderella Escorts jusqu’à ce que je trouve un client. » Jasmine voit son acte  comme une certaine émancipation : « Cela ne devrait pas être tabou pour une femme de faire ce qu’elle veut avec son corps. »

« La plupart d’entre elles ont raison de vendre leur virginité. Sinon elles risqueraient de donner leur virginité à un homme qui casseraient avec elles par la suite. Mais il y a aussi des femmes qui trouvent la bonne personne dès le début, et qui se marient avec. Elle ne doivent pas perdre leur chance d’avoir une belle histoire d’amour » relativise la jeune femme. « La plupart des gens échangeraient leur première fois contre un million d’euros s’ils pouvaient remonter le temps. » ajoute-t-elle.

Cinderella Escorts est un site spécialisé dans l’escort, qui met en contact des jeunes femmes vierges avec des hommes, afin de leur vendre leur virginité. Une Américaine du nom de Giselle a vendu sa virginité à un businessman d’Abu Dhabi pour la somme de 2,5 millions d’euros. La société procède à un examen médical sur les filles, afin de vérifier si elles sont bel et bien vierges, et si elles n’ont pas de maladies sexuellement transmissibles. Sur le profil de Jasmine, il était précisé qu’elle est une brune aux cheveux longs et aux yeux marrons, à la poitrine naturelle, sans tatouage ni piercing.
Closermag

 »‘’Je préviens toute personne qui viendra pour fermer le siège, elle se retrouvera à la gendarmerie », président Alpha Condé au siège du Rpg, samedi 2 juin

Lors de l’assemblée générale du Rpg, ce samedi 2 juin, le président Alpha Condé a haussé le ton en prévenant les citoyens qui tenteraient de violer la loi quel que soit son bord politique.   

Dans la même lancée, le président Alpha Condé a mis en garde  les ‘’jeunes du parti’’ qui s’agitaient après la formation du Gouvernement de Kassory Fofana. Surtout,   les jeunes qui menaçaient de fermer le siège du Rpg.

‘’Je préviens toute personne qui viendra pour fermer le siège, elle se retrouvera à la gendarmerie. Quiconque viole la loi sera sanctionné même s’il a fait 20 ans ou 30 ans au RPG Que ça soit dans l’opposition, dans la société civile… Les femmes ne sont pas contentes parce qu’elles ne sont suffisamment représentées dans le gouvernement. J’ai confiance aux femmes parce qu’elles gardent mieux l’argent.

Donc j’ai dit au premier ministre, dans les prochaines nominations, de privilégier les femmes dans les postes de responsabilité. Comme ça les femmes ont pour l’oeil de surveiller les ministres afin qu’aucun ministre ne puisse faire le détournement. Moi-même je vais veiller pour que cela soit respecté. Donc je demande aux femmes de nous excuser mais nous allons réserver pour elles beaucoup de surprises. Vous allez voir que les femmes auront des moyens pour contrôler les ministres.

Tout le monde sait qu’en 2011 et en 2012 l’opposition a mis les enfants dans les rues pour que la Guinée n’avance pas parce que l’argent n’aime pas le bruit. Mais cela nous a pas empêché de travailler et d’avoir le résultat que tout le monde connaît le pays pauvre très endetté PPTE ». Ebola est venu pour mettre notre économie à terre pendant 2 ans.

Donc dans 4 ans de problèmes politiques et sanitaires on a fait pousser la Guinée en 50 ans. On ne peut pas faire un gouvernement de 200 membres. Tout le monde ne peut pas être Ministre en même temps. Il y’a des cadres qui s’agitent mais j’ai prévenu tout le monde qu’on n’acceptera plus la pagaille en Guinée.

J’ouvre ma porte de gestion à tous les couches pour la construction d’une véritable Société. Donnons-nous la main, tendons la main à tous ceux qui veulent travailler pour que la Guinée avance. Que ça soit dans l’opposition, dans la société civile. Mais le premier ministre connaît la feuille de route, Il faut que le pays soit en paix.

Que ça soit de l’opposition ou de la mouvance Il n’y a pas de l’opposition ni de la mouvance, le respect de la loi va s’appliquer à tout le monde. Celui qui va manipuler, ce n’est pas les gens manipulés qu’on va frapper mais c’est lui. Je préviens tout le monde, la pagaille qui a été pendant deux ans ça c’est fini’’, averti le président Alpha Condé au siège du Rpg.

Louis Diallo pour focusguinee

 

 

 

 

 

« Nous leur promettons que l’UDG ira toujours de l’avant et figurera en première ligne des partis leaders en Guinée », Mamadou Sylla

Assemblée générale du parti de l’UNION DÉMOCRATIQUE DE GUINEE (UDG), ce samedi 02  juin 2018

Cette assemblée générale a été particulièrement marquée par la réaction du bureau politique national dudit parti suite à la ressente défection de nombreux militants et responsables de cette formation politique.

« Aujourd’hui, nous sommes très fiers de notre parti, de son président et de l’ensemble des militants et sympathisants ainsi que de tous les responsables à tous les niveaux pour leur engagement politique volontaire et l’esprit de sacrifice dont chacun fait preuve dans le combat politique au quotidien.

Les résultats très encourageant que nous avons obtenus lors des élections, communales du 04 février dernier, sont la preuve  irréfutable de la santé politique de l’UDG », se rejouit  le vice president du parti UDG, El hadj Dembo Sylla,

Selon Mamadou Sylla, l’UDG prend acte de la démission d’Alseny Kolya Sylla et Karamoko Sylla ainsi que tous les autres dont la majorité, sont d’ailleurs inconnus dans le parti.

« Nous leur promettons que le parti UDG ira toujours de l’avant et figurera en première ligne des partis leaders en République de Guinée.

Tous les responsables du parti à tous les niveaux et sur toute l’étendu du territoire national, nos militants et militantes resteront soudés dans la discipline et la fraternité derrière le président Elhadj Mamadou Sylla, démocratiquement élu à la tête de l’UDG », Elhadj Mamadou Sylla, president de l’UDG.

Toujours, selon le premier vice-président du parti, El hadj Dembo Sylla, malgré ces défections, l’UDG se porte très bien sur le plan interne et sur l’échiquier politique national.

Tous les bureaux du parti, d’après lui, fonctionnent à merveille dans l’unité et la concorde, toutes les fédérations sont très actives sur l’étendue du territoire national.

Louis Diallo pour focusguinee

Ministère de l’enseignement technique, de la formation, de l’emploi et du travail: Damantang Camara dresse son bilan d’activités

Lors de la passation de services au ministère de l’enseignement technique, de la formation, de l’emploi et du travail, le ministre sortant a dressé son bilan d’activités,  Damantang Camara en ces termes :

‘’Mes premiers mots sont d’abord pour remercier son Excellence Monsieur le Président de la République, Pr Alpha Condé pour l’immense marque de confiance dont il m’a gratifié en me confiant pendant sept (7) ans et Six (6) la conduite d’un département aussi stratégique que celui de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, avec en plus la charge de porte-parole du Gouvernement. En prenant la tête de ce Ministère le 30 décembre 2010, ma feuille de route s’inscrivait particulièrement de 139 propositions du Chef de l’Etat dont plusieurs me fixaient comme objectifs l’amélioration de l’équité, de l’accès aux formations et l’adoption des mesures spécifiques pour accompagner l’insertion professionnelle des jeunes guinéens

Durant mon séjour à la tête de ce département, plusieurs activités ont été engagées en collaboration avec les partenaires au développement pour élargir l’accès à la formation professionnelle et technique à travers l’augmentation des capacités d’accueil et une diversité des filières de formation.

Voilà ce qui a justifié la construction du complexe professionnel de Nongo, les centres de formation professionnel (CFP) de Beyla, Kérouané et de Kouroussa, la réhabilitation de plusieurs structures existantes, la rénovation et la mise à disposition des équipements aux CFP de Matoto, de Kissidougou et de Mamou. Et je ne saurai oublier la construction des écoles régionales des Arts et Métiers…,’’, indique le ministre sortants, Damantag Camara

En ces termes, le ministre entrant, LANSANA KOMARA, a pris acte du discours de son homologue sortant qu’il remercie de tout ce bilan d’acivités.

‘’J’ai suivi avec attention et intérêt l’allocution prononcée par mon jeune-frère et ami, Albert Damantang Camara. Tout en le félicitant, je voudrais lui donner l’assurance ici que les bons résultats obtenus sous sa direction et qui constituent autant d’acquis seront préservés et capitalisés. Nous savons tous que depuis un certain moment, notre pays traverse une série de crises sociales.

Nous sommes concernés et interpelés à la fois en tant que premier chef de ces questions. Nous devons en ce qui nous concerne, nous impliqués davantage et immédiatement à la recherche de solutions idoines pour une véritable sortie de crise et prévenir celles qui pourraient s’annoncer, Je suis avant tout un enseignant et j’ai une certaine expérience syndicale’’, promet le nouveau ministre de l’enseignement technique, de la formation, de l’emploi et du travail.

 

Louis Diallo pour focusguinee

Arrêtez d’appeler les gens qui ne vous appellent pas. Arrêtez de rendre visite à des gens qui ne savent pas où vous habitez. Arrêtez de prendre du temps pour les gens qui n’ont pas le temps pour vous… « , NABOU FALL , écrivaine Senegalaise

NABOU FALL ( écrivaine ) : « Arrêtez d’appeler les gens qui ne vous appellent pas. Arrêtez de rendre visite à des gens qui ne savent pas où vous habitez. Arrêtez de prendre du temps pour les gens qui n’ont pas le temps pour vous. Arrêtez de dépenser pour des gens qui ne dépensent pas pour vous. Arrêtez de penser à des gens qui ne pensent pas à vous.

Vous serez vous-même émotionnellement en faillite. Vous pouvez aimer quelqu’un de loin et je ne parle pas que des relations amoureuses, mais toutes les relations, les amis, la famille, les copains. Traitez les gens comme ils vous traitent et arrêtez de vous fatiguer en donnant de l’amour là où il n’est pas retourné. La vie est déjà assez difficile sans avoir à supplier les gens pour leur amour et attention.

Le moins que vous puissiez faire pour vous, c’est de vous entourer de gens qui vous aiment réellement et prennent soin de vous. Surtout s’entourer de gens qui ne vous voient pas comme une option. Il n’y a rien de pire que les gens qui te traitent comme si tu es remplaçable. »

NABOU FALL ( écrivaine  senegalaise)